La mobilité urbaine de demain passe par une intégration à tous les niveaux. De façon mécanique, le Smartphone devient le lieu où les différents niveaux d’intégration de l’offre peuvent être facilement accessibles au citadin.

L’intégration des infrastructures est incontournable afin de regrouper en un même lieu les interconnexions. Cela conditionne le passage de la multimodalité actuelle à une réelle intermodalité et nécessite d’aménager les infrastructures existantes afin d’y accueillir les nouvelles mobilités (installations de bornes de recharges, création d’aires de covoiturage…). Cela passe également par la transformation des hubs de mobilité en hubs de vie (création de commerces et de bureaux en gare) afin de les intégrer pleinement dans la vie citadine.

L’intégration des offres de transport permet de proposer des solutions « clé en main », simples d’utilisation via une plateforme. Cela passe par l’élaboration de solutions multimodales intégrées (via, par exemple, un opérateur unique gérant l’ensemble des modes de transports à l’échelle d’une ville), et d’une intégration tarifaire grâce au « fameux » titre de transport unique…

L’intégration des données, au-delà des données strictement liées au transport, permet de prendre en compte les préférences des citadins et leur localisation. Les services d’information multimodaux, géolocalisés et en temps réel (ex. GPS multimodal, ITS), ou les services d’intermédiation entre le citadin et les transporteurs (comme les comparateurs et moteurs de recherche) deviennent peu à peu incontournables au quotidien…

À cet égard, Optimod’Lyon, en France, constitue un bel exemple de réussite. En fédérant l’écosystème local autour d’une plateforme « intégrée et intelligente de la mobilité en milieu urbain » cette initiative a réussi à collecter, centraliser et traiter l’ensemble des données de la mobilité urbaine sur une plateforme unique, à créer des services innovants qui facilitent les déplacements et la vie des usagers, et à fédérer des acteurs publics et privés au travers de partenariats concrets.

Le Smartphone devient le pivot de la mobilité en mobilité

Ce mouvement d’intégration confère au Smartphone le statut de pivot de la mobilité. Il s’impose comme le réceptacle de l’ensemble des applications, le « hub de la mobilité en mobilité ». Ceci a pour conséquence de positionner les acteurs numériques, jusqu’ici absents du transport, au cœur du nouvel écosystème de mobilité.

Via les Smartphones, les éditeurs des OS (Apple, Google) s’affirment comme les portes d’entrée de la m-mobilité. La valeur ne tient plus à la possession de l’information, mais à la capacité à l’intégrer à une « hyper-connaissance de l’utilisateur » et du monde environnant. Les OS embarqués de Google et d’Apple dans les véhicules en sont la parfaite illustration.

Jean-Bernard Girault et Laurent Kalfon

Publié le 30/10/2014 dans Les Echos

Projets de transformation… Tout ça pour ça ? (volet 1)

Projets de transformation… Tout ça pour ça ? (volet 1)

Les projets de transformation se sont succédé au sein des entreprises durant les années 2000-2012. À l’heure où notre pays connaît une crise qualifiée d’historique, il est instructif de dresser un bilan de leur efficacité. HTS Consulting a publié en février 2013 une étude réalisée auprès de 21 grands groupes européens dont les enseignements bousculent quelque peu les discours les plus convenus.

La mobilité urbaine n’est pas qu’une question de transport

La mobilité urbaine n’est pas qu’une question de transport

Mobilité et transport ont souvent été considérés comme deux synonymes en matière de politique urbaine. La réalité de nos métropoles nous fait prendre conscience qu’il s’agit d’une conception trop étriquée pour répondre aux enjeux de nos villes modernes. Les mobilités d’aujourd’hui sont au cœur d’un urbanisme recentré sur la place du citadin.

La mobilité urbaine est à réinventer

La mobilité urbaine est à réinventer

À bout de souffle, la mobilité urbaine moderne ne répond plus aux enjeux de développement des villes ni aux besoins des citadins. Elle doit, aujourd’hui, se réinventer. L’enjeu est lourd, il s’agit de préserver le tissu économique et social urbain et d’éviter le chaos.

Du « contrat social » au « contrat managérial »… vers un management 2.0

Du « contrat social » au « contrat managérial »… vers un management 2.0

Créer un ordre social qui soit réellement au service de l’intérêt général, la réalité du monde des affaires a renvoyé l’idéal du Siècle des Lumières au rang des chimères. Et pourtant… Rapport vie privée/vie personnelle, évolution des modes de vie, arrivée d’une nouvelle génération, les entreprises sont profondément en train de muter. Est-on à l’aube d’un bouleversement ?